Le 1er août ou 1er aout est le 213e jour de l'année du calendrier Grégorien.
Aout 1 180Le 214e en cas D'nnée bissextile. Il reste 152 jours avant la fin de l’année.
C’était généralement le 14e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du basilic.
Bonne fête aux :
Alfonso, Alphonse(Le prénom Alphonse vient du prénom germanique Adalfuns), Alphonsine, Arcadius, Arcady, Éléazar, Espérance.

Pour commencer, un poème.
Rivière
Long ruban d’argent s’étirant à travers champs
Une rivière en chantant charrie de blancs nuages
Que le ciel confiant dépose sur l’eau doucement.
Le soleil généreux les pare de diamants de lumière
Que les ondines gracieuses entraînent dans leur sillage.
Ainsi un morceau de ciel s’imprime sur la Terre.
Josiane Nys

Événements dans le monde :
Drusus12 av. J.-C. :
Drusus inaugure le sanctuaire des Trois-Gaules
Drusus, beau-fils de l'empereur Auguste, inaugure le sanctuaire des Trois-Gaules le 1er août de l'an 12 avant JC, à Condate, au pied de la colline de la Croix-Rousse, près de la colonie romaine de Lugdunum (Lyon).Il s'agit d'un très imposant autel entouré de tribunes. Sur les gradins sont gravés les noms des soixante peuples gaulois qui envoient chaque année, le 1er août, des délégués pour rendre le culte à Rome et Auguste, mais aussi pour discuter des problèmes politiques des Gaules.




Louis 6
1137: Louis VI, roi de France de 1108 à 1137 (1081).

     Louis VI, dit « le Gros » ou « le Batailleur », né le 1er décembre 1081 à Paris, mort le 1er août 1137 au château royal de Béthisy-Saint-Pierre, est roi des Francs de juillet 1108 à 1137.Il est le cinquième roi de la dynastie dite des Capétiens directs.




Louis 71137 : Louis VII le Jeune règne seul.

     Né d'Alix de Maurienne, Louis VII le jeune a 17 ans quand il succède à son père Louis VI le gros (56 ans), le 1er août 1137, sur le trône de France. Une semaine plus tôt, il a épousé la jeune duchesse Aliénor d'Aquitaine,repoussant de la sorte jusqu'aux Pyrénées les limites du royaume...
     Mais ce prince éduqué par les moines de Saint Denis, cultivé et pieux, timide et doux, n'était pas destiné à régner jusqu'à la mort accidentelle de son frère aîné. Il va révéler au pouvoir un comportement imprévisible, souvent maussade et parfois cruel. Ses querelles avec Thibaud de Champagne vont conduire au massacre horrible de Vitry, à la deuxième croisade, au divorce d'avec Aliénor et à la première guerre de longue durée avec les Anglais !...



Armoiries suisse1291 :Fête nationale SUISSE.

     Le Pacte fédéral est un accord de paix signé entre les représentants des trois cantons primitifs: Uri, Schwytz et Nidwald, rapidement rejoint par Obwald. Le document est attesté historiquement (bien que contesté par quelques scientifiques, à l'instar de Roger Sablonier), mais il n'est, selon les spécialistes, qu'un traité parmi beaucoup d'autres signés à cette époque. Sa datation au carbone 14 l'a situé autour des années 1280. Il est effectivement daté du mois d'août, mais on ne sait pas exactement de quel jour. "Au début du mois d'août." Le 1er a été choisi de manière arbitraire.


Henri 31589 : Un moine poignarde le roi Henri III.

   Le 1er août 1589, Henri III reçoit un moine dans sa chambre, au premier étage du château de Saint-Cloud, alors qu'il se tient sur sa chaise percée.
     Le moine sort de sa manche non un message mais un poignard et le plante dans le flanc du roi. « Ah ! Le méchant moine, il m'a tué », gémit le roi. Il a la force de retirer l'arme et de blesser son assassin...
Henri III1, né le 19 septembre 1551 à Fontainebleau et mort assassiné le 2 août 1589 à Saint-Cloud, est roi de Pologne de 1573 à 1575 et roi de France de 1574 à 1589. Il demeure le dernier roi de la dynastie des Valois.
   Quatrième fils du roi Henri II et de la reine Catherine de Médicis, Henri n'est pas destiné à la couronne. Sous le règne de son frère Charles IX, il s'illustre comme chef de l'armée royale en remportant sur les protestants les batailles de Jarnac et de Moncontour. À l'âge de 21 ans, il se porte candidat pour le trône vacant de Pologne et le 11 mai 1573, il est élu sous le nom d'Henryk Walezy, roi de Pologne et grand-duc de Lituanie. Son règne ne dure pas plus d'un an, puisqu'à l'annonce de la mort de son frère, décédé sans descendant mâle, il abandonne son royaume pour lui succéder sur le trône de France.
     En devenant roi de France, Henri III hérite d'un royaume divisé où son autorité n'est que partiellement reconnue. Son règne se marque de sérieux problèmes religieux, politiques et économiques. Quatre guerres de Religion se déroulent sous son règne. Henri III doit faire face à des partis politiques et religieux soutenus par des puissances étrangères, qui finissent par venir à bout de son autorité, le parti des Malcontents, le parti des protestants et pour finir celui de la Ligue qui parvient à le faire assassiner. Il meurt à Saint-Cloud le 2 août 1589 après avoir été poignardé par le moine Jacques Clément.
     Son emblème est constitué de trois couronnes2 symbolisant les royaumes de France et de Pologne ainsi qu'une devise qui explique la troisième couronne : « Manet ultima cælo » (« La dernière se trouve au ciel »).
     Jacques Clément nait à Serbonnes dans une famille de paysans, à une date imprécise, peut-être en 1567. Il devient moine dominicain du couvent des Jacobins de Sens. Par la suite, il effectue des études au couvent des Dominicains de Paris, ce qui lui vaut d'être surnommé le Jacobin, autre nom des Dominicains. Voulant exterminer les hérétiques, il est appelé par ses confrères « Capitaine Clément ».
     Fanatique, il prend le parti de la Ligue catholique. Son dessein est de tuer le roi Henri III, qui est à ses yeux l'ennemi déclaré du catholicisme, depuis l'assassinat du duc de Guise. Il se peut aussi que son acte soit en partie une vengeance familiale. Il quitte Paris le 31 juillet 1589 pour joindre Saint-Cloud d’où le roi commande le siège de la capitale.
     En ce 1er août 1589, il accompagne alors Jacques de La Guesle, procureur général du parlement de Paris, pour rencontrer le roi. Aussitôt introduit, Clément s’approche du roi sous prétexte de lui remettre un message confidentiel4, fait mine de prendre ces lettres, sort un couteau et poignarde Henri III au ventre5. La victime retire le couteau de son bas-ventre puis frappe son assassin au visage ; les cris d'Henri III (« Ah ! Méchant, tu m’as tué ! ») et du procureur général Jacques de La Guesle alertent les gardes, les fameux Quarante-cinq, qui accourent avec d'autres serviteurs royaux. En entendant le roi annoncer que le jacobin l'a blessé, les gardes se précipitent sur Jacques Clément. L'un des Quarante-cinq, Bernard de Montsérié, empoigne l'assassin et le jette à terre ; il enjoint ses compagnons de ne pas le tuer afin de pouvoir l'interroger. Peine perdue, le moine est massacré puis son corps est défenestré. Les versions diffèrent quant à l'identité des gardes et serviteurs qui transpercent Jacques Clément de leurs épées6. (Son cadavre subira néanmoins le supplice de l'écartèlement, réservé aux régicides.).
     Le roi ne succombe que durant la nuit, après avoir désigné Henri de Navarre comme son successeur7.
L'acte de Jacques Clément est diversement apprécié dans une chrétienté en proie aux guerres de religion. Le pape Sixte V l’aurait considéré comme un martyr et aurait envisagé de le canoniser8. Paris accueille également avec enthousiasme la nouvelle du régicide et acclame la mère de l'assassin « comme la mère de Dieu elle-même ». La Sainte-Ligue se considère comme vengée de l'assassinat en 1588 du duc Henri de Guise.
     La mort tragique et spectaculaire d'Henri III constitue le premier assassinat d'un roi de France depuis l'avènement des Capétiens. Il sera suivi vingt ans plus tard par celui d'Henri IV par Ravaillac. Pendant plusieurs décennies, Jacques Clément servira de modèle à de nombreux autres régicides (comme Jean Châtel).
Lapérouse1785 : Voyage sans retour pour Lapérouse.
     Le 1er août 1785, deux frégates baptisées La Boussole et L'Astrolabe appareillent de Brest pour un voyage d'exploration de quatre ans autour du globe sous le commandement du comte Jean-François de Galaup de Lapérouse (ou La Pérouse). Celui-ci a reçu son commandement du maréchal de Castries, ministre de la Marine de Louis XVI, et du chevalier de Fleurieu, directeur des ports et arsenaux.
L'épopée s'achèvera tragiquement sur l'îlot de Vanikoro...



Comite salut1793 : Le comité de salut public crée l'armée de l'ouest.
     Face à la menace Vendéenne, le Comité de salut public décide de réagir en rassemblant des troupes : c’est l’armée de l’ouest. Sous les ordres de Kléber, celle-ci inclue notamment l’armée de Mayence, vaincue au mois de juillet. Cet envoi massif de troupes sera, dans un premier temps, fortement bousculé par les "Blancs" de l’armée catholique et royale, mais les "Bleus" reprendront le dessus dès leur victoire à Cholet le 17 octobre et mettront rapidement fin à l’avancée des colonnes vendéennes


Nelson1798 : Nelson coule la flotte française à Aboukir.
     Le 1er août 1798, l'amiral anglais Horatio Nelson surprend en rade d'Aboukir, dans le delta du Nil, la flotte française qui a transporté en Égypte le corps expéditionnaire du général Napoléon Bonaparte.
Les navires français se sont ancrés en ligne au plus près du rivage, en vue d'empêcher tout navire ennemi de les prendre à revers. Sur ordre de l'amiral Brueys, ils ont même dû s'enchaîner les uns aux autres et c'est immobile, à l'ancre, qu'ils vont devoir affronter l'ennemi. Jouant d'audace.
     Nelson voit d'un coup d'œil un étroit passage entre le rivage et les navires ennemis. Une partie de sa flotte s'engage dans l'étroit conduit et prend les navires français à revers. Les canonniers français, déboussolés, n'ont pas le temps de retourner leurs canons vers la côte. Leurs navires sont l'un après l'autre réduit à merci.
     L'un des héros du jour est le commandant du Tonnant, Aristide du Petit Thouars (38 ans). Il contraint le Bellérophon à amener son pavillon avant que son navire ne soit lui-même assailli. Les deux bras et une jambe emportés par un boulet, il se fait placer dans un baril de son afin de continuer à donner des ordres jusqu'à son dernier souffle.
François de Brueys saute avec son navire-amiral L'Orient (118 canons) tandis que Villeneuve, celui-là même qui sera défait à Trafalgar, s'échappe avec quelques vaisseaux. Bonaparte se trouve ainsi prisonnier de sa conquête...

Mongolfier1799 : Mort d'Etienne Jacques Montgolfier.
     Jacques-Étienne Montgolfier (plus connu sous le nom d'Étienne de Montgolfier), né le 6 janvier 1745 à Vidalon-lès-Annonay en Ardèche et mort le 1er août 17991 à Serrières dans l'Ardèche, est le frère de Joseph-Michel Montgolfier, avec qui il inventa la montgolfière en 1782. Étienne et Joseph de Montgolfier sont les fils de Pierre Montgolfier, papetier de Vidalon en Ardèche dont la manufacture familiale est réputée dans toute l'Europe, et d'Anne Duret. Étienne est le 15e enfant d'une fratrie de 16 enfants. Il se marie en 1774 avec Adélaïde Bron à Vienne en Isère et de leur mariage naquirent six enfants.
     En 1782, il inventa la montgolfière avec son frère Joseph. Son esprit méthodique et l'intuition de Joseph leur attribue chacun le mérite respectif de la conception de cet aérostat.
     Au printemps 1784, il revient à Annonay pour s'occuper de la papeterie familiale qui, négligée pendant tout ce temps, se porte assez mal. Il continue à s'intéresser aux ballons et fait construire une montgolfière par Réveillon à des fins scientifiques, elle est d'ailleurs utilisée par Jean-François Pilâtre de Rozier, le 23 juin 1784, où elle bat un record d'altitude mais ne peut être récupérée.
     De 1785 à 1787, Il essayera avec Joseph et un autre frère, Alexandre, de réunir des fonds pour construire un ballon qu'ils veulent diriger. Mais le projet s'enlise.
     En juin 1796, Étienne est nommé Membre associé à l’Académie des sciences.

Melleville1819 : Naissance du poète et romancier américain Herman Melville, auteur de Moby Dick.
     Herman Melville, né le 1er août 1819 à Pearl Street, au sud-est de Manhattan (New York), mort le 28 septembre 1891 à New York, est un romancier, essayiste et poète américain.
     Presque oublié à sa mort, Melville est redécouvert dans les années 1920 à travers son œuvre maîtresse Moby Dick. Il est désormais considéré comme l'une des plus grandes figures de la littérature américaine.
     Moby Dick raconte l'histoire du Péquod, baleinier dont le capitaine se nomme Achab14. Cet étrange marin est obsédé par une grande baleine blanche : Moby Dick. Le narrateur est un membre d'équipage nommé Ishmaël qui dispose, tout comme Melville, d'une grande culture littéraire et y recourt fréquemment pour mettre en scène les membres de l'équipage et leur aventure. L'équipage du Péquod permet à Melville de multiplier les portraits et des analyses psychologiques ou sociales extrêmement fouillées et détaillées ; l'action se déroulant sur ce seul baleinier, l'œuvre a souvent été qualifiée par les critiques d'univers clos. Les descriptions de la chasse à la baleine, l'aventure elle-même et les réflexions du narrateur s'entrelacent dans une gigantesque trame où se mêlent des références à l'Histoire, à la littérature occidentale, à la mythologie, la philosophie et la science.

19181914 : Début de la Grande Guerre.
   Le samedi 1er août 1914, l'Allemagne déclare la guerre à la Russie. À 4 heures de l'après-midi, tous les clochers de France font entendre un sinistre tocsin. C'est la mobilisation générale.
     La Première Guerre mondiale est un conflit militaire impliquant dans un premier temps les puissances européennes et s'étendant ensuite à plusieurs continents de 1914 à 1918 (bien qu'ayant diplomatiquement perduré jusqu'en 1923 pour les pays concernés par le traité de Lausanne, le dernier à avoir été signé, le 24 juillet 1923).
     Considérée comme un des événements marquants du XX° siècle, cette guerre parfois qualifiée de totale a atteint une échelle et une intensité inconnues jusqu'alors. Elle a impliqué plus de soldats, provoqué plus de morts et causé plus de destructions que toute autre guerre antérieure. Plus de soixante millions de soldats y ont pris part. Pendant cette guerre, environ dix millions de civils et militaires sont morts et environ vingt millions ont été blessés.
     D'autres événements survenus pendant cette période : le génocide arménien (1915-1916), la Révolution russe (1917) et la grippe de 1918 ont augmenté la mortalité et la détresse des populations. Pour toutes ces raisons, cette époque a marqué profondément ceux qui l'ont vécue. Cette guerre entraîna de nombreux changements géopolitiques qui ont profondément modifié le cours du XX° siècle. Pour certains historiens, elle serait avec la Seconde Guerre mondiale le point d'orgue d'une longue guerre civile européenne qui dura pendant toute la première moitié du XXe siècle.
     Ce conflit a causé l'effondrement ou la fragmentation des empires austro-hongrois, russe et ottoman. L'Empire allemand a disparu, et l'Allemagne a vu son territoire réduit. En conséquence, les frontières européennes et du Proche-Orient ont été redessinées. Des monarchies ont été remplacées par des États communistes ou par des républiques démocratiques. Pour la première fois, une institution internationale a été créée dans le but de prévenir les guerres : la Société des Nations ou SDN.
   L'étincelle qui mit le feu aux poudres survint le 28 juin 1914, lorsqu'un jeune nationaliste serbe de Bosnie, Gavrilo Princip, parvint à assassiner le couple héritier du trône austro-hongrois, le prince François-Ferdinand d'Autriche et son épouse la duchesse de Hohenberg à Sarajevo. L'Autriche-Hongrie réagit à l'attentat en formulant un ultimatum à l'encontre du Royaume de Serbie, en accord avec son allié allemand. Les exigences austro-hongroises étant jugées inacceptables par les Serbes, ceux-ci rejetèrent l'ultimatum, ce qui conduisit l'Autriche-Hongrie à déclarer la guerre à la Serbie. Ce conflit local provoqua l'activation d'une série d'alliances entre les grandes puissances européennes qui les entraînèrent sur la voie de la guerre.
     Plusieurs de ces nations européennes étaient à la tête d'empires s'étendant sur plusieurs continents, ce qui explique la portée mondiale du conflit.
     Cette guerre fut surtout le fait de deux grandes alliances : la Triple-Entente et les empires centraux. La Triple-Entente (aussi appelée les « Alliés ») était composée de la France, du Royaume-Uni, de la Russie, et des empires coloniaux que ces États contrôlaient. Plusieurs autres États se joignirent à cette coalition, dont la Belgique, envahie par l'Allemagne, qui fit appel à la France et au Royaume-Uni, garantes de son indépendance. Le Japon rejoignit la coalition en août 1914, l'Italie en avril 1915, la Roumanie en août 1916 et les États-Unis en avril 1917, ainsi que de nombreux autres pays moins puissants. Les empires centraux étaient l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie, et les colonies qu'elles contrôlaient. L'Empire ottoman les rejoignit en octobre 1914, suivi un an plus tard du Royaume de Bulgarie. À la fin des hostilités, seuls les Pays-Bas, la Suisse, l'Espagne, le Danemark, la Norvège, la Suède, le Liechtenstein et Monaco étaient demeurés officiellement neutres parmi les nations européennes, mais certains États neutres avaient participé financièrement ou matériellement aux efforts de guerre des protagonistes.
    Les combats se déroulèrent sur différents fronts situés surtout en Europe, mais une petite partie de l’Asie, de l'Océanie et de l’Afrique, ainsi que l’Atlantique Nord connurent des actions militaires. Le front de l'Ouest était caractérisé par un ensemble de tranchées et de fortifications séparées par une aire surnommée le no man's land7. Ces fortifications s'étendaient sur plus de 600 kilomètres7, incitant à une forme de combats dénommée « guerre des tranchées ». Sur le front de l'Est, l'étendue des plaines et la faible densité ferroviaire ont empêché la stabilisation des champs de bataille, mais le conflit était tout aussi étendu. Il y eut d'importants combats dans les Balkans, au Moyen-Orient et en Italie.
     Cette guerre a été la première où les aéronefs (ballons fixes ou dirigeables et, de plus en plus, les avions) ont joué un rôle tactique important, d'abord pour l'observation et la reconnaissance, puis pour la chasse et le bombardement. Y apparaissent les premiers véhicules blindés motorisés, dont l'action a d'autant plus d'importance lors des offensives terrestres à la fin du conflit que les deux camps n'en disposent pas de manière égale, l'Allemagne ne fabriquant qu'une vingtaine de panzer pendant que les alliés produisent des milliers de chars. Elle donna également lieu au premier engagement massif de sous-marins de combat, et à une véritable guerre de course menée contre des flottes commerciales, qui atteignit un paroxysme lors de la première bataille de l'Atlantique.

Jo 19361936 : Ouverture des Jeux de Berlin.

     Le 1er août 1936, à 16 heures, devant 120 000 spectateurs rassemblés dans le nouveau stade de Berlin, le chancelier allemend ouvre les XI° Jeux Olympiques modernes.
Cette spectaculaire démonstration de prestige du régime nazi, né seulement 3 ans plus tôt, sera immortalisée par la cinéaste Leni Riefenstahl, amie du dictateur, dans un film de propagande, Olympia (titre français : « Les dieux du stade »)...


St laurent1936 : Naissance du couturier Yves Saint-Laurent.
     Yves Mathieu-Saint-Laurent, dit Yves Saint Laurent, né le 1er août 1936 à Oran en Algérie2,3 et mort le 1er juin 2008 à Paris en France, est un grand couturier français, l'un des plus célèbres au monde et dont les collections de haute couture font partie de l'histoire du XX° siècle.
     Yves Mathieu-Saint-Laurent naît à Oran où il passe sa jeunesse, avant d'arriver à Paris pour travailler chez Dior. Dessinateur doué, son influence va en grandissant dans cette maison jusqu'à remplacer Christian Dior à la mort soudaine du couturier. Yves Saint Laurent y connaît alors un triomphe à l'âge de vingt et un ans seulement, dès la première collection « Trapèze ». Quelques années plus tard, il quitte la prestigieuse maison de l'avenue Montaigne pour fonder l'entreprise qui porte son nom, avec son compagnon Pierre Bergé qui ne le quittera plus jusqu'à sa mort. La première collection haute couture est présentée en 1962 ; elle sera suivie de la robe Mondrian ou la collection « Pop Art » qui rappellent son goût pour l'art, puis Le smoking et le tailleur-pantalon hérités du vestiaire masculin, la saharienne qu'il transforme d'un vêtement fonctionnel en un élément chic, les cuissardes, les blouses transparentes qui font couler tant d'encre dans la presse en pleine révolution sexuelle… Épris d'exotisme tout au long de sa vie, il est le premier à engager pour ses défilés des mannequins d'origine asiatique ou africaine. Moderniste et en phase avec son époque, il crée en parallèle à la haute couture, son prêt-à-porter de luxe sous le nom de rive gauche ; celui-ci deviendra un exemple pour de nombreux autres couturiers. Ces années là, Yves Saint Laurent découvre le Maroc où il achètera une quinzaine d'années plus tard le jardin Majorelle.
     Dans les années 1970, la collection « Libération » marque les esprits ; par la suite, plusieurs autres défilés rendent hommage aux peintres, tels que Matisse ou Van Gogh, à ses inspirations lointaines comme la Russie avec la collection « Opéra-Ballets-Russes » ou l’Asie, collection symbolisée par le parfum Opium. Il connait également les excès de l'alcool, de la drogue, des médicaments, ses « faux amis ». Lors de la décennie suivante, il présente la collection « Picasso » une fois de plus référence à l'art. Durant ces années, l'entreprise croît par le succès des parfums, cosmétiques ou accessoires. Le couturier est alors récompensé d'un Oscar de la mode. À la fin des années 1990, lassé de dessiner le prêt-à-porter, il se concentre sur la haute couture pour l'abandonner finalement en 2002.
     Perpétuellement entouré et inspiré par les femmes, de Victoire à Betty Catroux, de Catherine Deneuve à Katoucha, Yves Saint Laurent sait au cours de sa carrière créer pour elles, et laisse à sa mort en 2008 un héritage majeur pour la mode ainsi que de nombreux classiques de la garde-robe féminine. Les musées, le cinéma ou les éditeurs ne cesseront de lui rendre hommage.

Armoiries tunisie1959: La contitution tunisienne de 1959 est promulguée. (1959 دستور تونس)
     La Constitution de la Tunisie actuellement en vigueur (Constitution de 2014) est adoptée le 26 janvier 2014 et promulguée le 10 février de la même année1. Il s'agit de la cinquième loi fondamentale de l'histoire du pays, après le Pacte fondamental de 1857, la Constitution de 1861, la Constitution de 1959 et la loi sur l'organisation provisoire des pouvoirs publics de 2011.




Naissances :

Segur1799 : Sophie Rostopchine, comtesse de Ségur, femme de lettres française († 9 février 1874).







Nathalie delon1941 : Nathalie Delon

 

 



Mac lesggy1962 : Mac Lesggy

 

 



Spider man1962 : Spider-Man